Quelles techniques de pêche ?


50 % des bateaux lorientais utilisent le chalut, l’autre moitié utilise filets, casiers, palangres…

 

 

Le chalut

C'est un filet en forme de poche ou d’entonnoir, traîné au fond de la mer (chalut de fond) ou entre deux eaux (chalut pélagique).

Le filet droit ou filet maillant

Il est employé pour la capture du merlu, de la raie, du lieu jaune, de la lotte, du rouget et de l’araignée. Il est formé d’une nappe rectangulaire posée verticalement dans l’eau. Le filet est maintenu tendu vers le haut par une corde munie de flotteurs et vers le bas par une corde lestée. Les poissons viennent s’y prendre en se « maillant » les ouïes.

Le filet trémail

Il sert à pêcher les poissons de fond comme la sole. Il est constitué de trois nappes de mailles accolées (les nappes extérieures présentent des mailles très larges).

Le casier

Il sert à pêcher des crustacés (araignée, tourteau, homard, langoustine). C’est un engin de pêche en matière plastique ou en bois à l’intérieur duquel est placé un appât. Chaque casier est lesté pour être maintenu au fond. L’animal qui y pénètre ne peut plus en sortir.

La palangre

Longue ligne à laquelle pendent des avançons garnis d’hameçons. Les palangres de fond portent des hameçons qui, près du fond, appâtent raies, congres, lingues, grondins, dorades et merlans. Les palangres flottantes sont munies d’hameçons portant un appât ou bouette pour capturer des espèces comme le lieu jaune ou le bar.

Pour en savoir plus :