Ce contenu nécessite le player Flash version 9 minimum. Vous pouvez le télécharger et l'installer depuis le site adobe.com.

Imaginer les engins de pêche sélectifs de demain


En partenariat avec le Comité Local des Pêches et les organisations de producteurs, l’AGLIA (Association du Grand Littoral atlantique) a mené plusieurs projets sur la sélectivité des chaluts traînés par des navires de 9 mètres à 20,80 m.

Le premier projet a été mené de 2002 à 2004 avec le Comité national des pêches. D’autres ont été menés de 2006 à 2008, puis d’autres encore sont en cours depuis 2009. « Tous ces projets ont pour  but de réduire les rejets de poissons ou crustacés qui n’ont pas la taille minimum de capture ou qui n’ont pas d’intérêt commercial », confient les responsables de l’AGLIA à Lorient.

Une maille permettant au merlu de s’échapper

« En 2002», poursuivent-ils, « il fallait absolument réagir car selon les scientifiques le stock de merlu avait considérablement diminué. Une augmentation du maillage à 100mm comme le préconisait la Commission Européenne aurait été désastreux. C’est ainsi que les acteurs de la pêcherie ont imaginé  un panneau à maille carrée de 1m/2m à placer sur le dos du chalut, permettant de pêcher la langoustine, mais de laisser s’échapper les petits merlus ». Des essais ont été réalisés dans tous les ports de la façade atlantique et notamment à Lorient. « Ces essais ont aussi un intérêt pédagogique. Les professionnels voient d’eux-mêmes si cela fonctionne ou pas. Et leur implication dans la réalisation de l’outil est primordiale de par le regard très technique qu’ils apportent. ». À Lorient les panneaux à mailles carrées sont actuellement fabriqués par Les Docks de Keroman. Ce travail mené par l’AGLIA a tellement porté ses fruits qu’il a influencé le règlement communautaire. Depuis 2005, les détenteurs d’une licence de pêche de langoustine doivent à présent être équipés d’un engin sélectif de pêche pour le merlu.



Diminuer les rejets de langoustines

Un autre travail a été mené en 2006 et 2007 afin de réduire les rejets de langoustine. Trois dispositifs ont été imaginés : un panneau à maille carrée à placer sur le ventredu chalut, avec un maillage plus petit (70 mm), un maillage en losange de 80 mm au lieu de 70 mm, et une grille rigide à barreaux ronds. En fonction de la stratégie de pêche, certains dispositifs s’avèrent moins contraignants que d’autres. «  Les patrons pêcheurs ont souhaité garder le choix du dispositif», souligne l'AGLIA. Ce dispositif est désormais obligatoire en France (pas encore en Europe).

 



www.aglia.org