Actualité


 
mercredi 26 septembre 2018

BILAN ESTIVAL : LE PORT DE LORIENT DOUBLE SES VOLUMES DE THON

Avec près de 1000 tonnes de thon capturées cet été, la saison aura été particulièrement fructueuse pour le port de Lorient Keroman. Même chose pour la sardine, qui enregistre une hausse de 8,5% par rapport à 2017




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

89%. C’est le pourcentage d’augmentation des volumes de thon débarqués à Lorient Keroman entre 2017 et 2018. Autant dire une très bonne saison. « C’est un bon score », confirme François Cuvilly, responsable halieutique au sein de la Sem Lorient Keroman, entreprise gestionnaire du port. Et d’ajouter « il reste encore une centaine de tonnes à rentrer dans les prochains jours. On devrait donc finir la saison à plus de 1000 tonnes ». L’an passé, les captures de thon avaient à peine dépassé les 500 tonnes. Mais visiblement cet été, le germon était plus facile à capturer. « Il y a eu beaucoup de rotations. Les marins n’ont pas eu besoin d’aller chercher les mattes de thon très loin et ont donc fait des marées très courtes », explique le responsable. Au total, quatre paires de chalutiers pélagiques lorientais ont parcouru le golfe de Gascogne à la recherche du précieux thonidé : Dolmen-Menhirs, Naoned-Xsora, Menawenn<s>-</s>Adeline Stephen, et Annytia<s>-</s>Carmalia. Un chalutier turballais est également venu débarquer ses captures le long des quais de Keroman. Côté prix, ils sont restés stables par rapport à 2017 avec un prix moyen à 2,90€ contre 2,95€ l’an pass

Prochaine campagne : l’anchois

Le bilan estival pour la sardine est lui aussi plutôt positif. Avec 2300 tonnes débarquées depuis le début de l’année, le port de Lorient enregistre une hausse de 8,5% par rapport à 2017. Les prix sont là encore stables. Le kilo de sardines s’est vendu cet été sous criée autour de 85 centimes. « Ce sont des volumes qui partent essentiellement vers les conserveries. Le reste de l’année, les prix se situent entre 1,80€ et 2€ », précise François Cuvilly. Particularité pour cette saison 2018, les captures ont démarré timidement avec seulement 23 tonnes en mai, 111 tonnes en juillet, puis 1240 tonnes en août pour finir à 250 tonnes en septembre. « Mais la saison n’est pas tout a fait terminée, commente le responsable. L’an passé, nous avions enregistré 400 tonnes supplémentaires sur octobre, novembre et décembre ». Un seul bateau basé à Lorient a participé à cette campagne, le Jimorhan, de l’armement Scapêche. Les autres bolincheurs venaient tous du Finistère avec, au plus fort de la saison, une dizaine de bateaux le long des quais, dont l’Etoile polaire, le Berceau de l’océan ou encore le Vague à l’âme. La prochaine saison qui s’annonce concernera l’anchois. Quatre navires lorientais sont déjà prêts à partir traquer le poisson bleu.