Actualité


 
mercredi 06 mars 2019

LORIENT KEROMAN RENOUVELLE SON ACCORD DE COOPÉRATION AVEC LE MAROC

Fin février, à Agadir, le port de Lorient Keroman a signé un nouvel accord de coopération avec l’Office National des Pêches du Maroc. Indirectement, il pourrait permettre de développer les échanges commerciaux entre le premier port breton et le sud Atlantique.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

La première rencontre a eu lieu en 2014. Depuis, l’histoire se poursuit entre le port de Lorient Keroman et le Maroc. Fin février, à l’occasion de la 5ème édition du salon Halieutis, rendez-vous international dédié aux différents métiers de la pêche et de l’aquaculture, une délégation lorientaise a de nouveau fait le déplacement à Agadir. Jean-Paul Solaro, président de la Sem Lorient Keroman, en a profité pour renouveler l’accord de coopération signé il y a 5 ans avec l’Office National des Pêches du Maroc (ONP). Parmi les représentants lorientais se trouvait également Maurice Benoish, ancien président du port, à qui son successeur a confié pour mission d’entretenir les liens tissés depuis plusieurs années avec les professionnels marocains. L’objectif pour le port de Lorient est double. Il s’agit, d’un côté, de  continuer à accompagner l’ONP dans sa volonté de moderniser la filière pêche du pays. Et de l’autre, de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement pour répondre à la demande des acheteurs lorientais.

De l’Écosse au Maroc, en passant par l'Irlande

« Le Maroc est doté aujourd’hui d’équipements qui répondent parfaitement aux normes européennes. Les pêcheurs y capturent beaucoup d’espèces similaires à celles que l’on retrouve à Keroman (saint-pierre, turbot, sole, rougets…). Il semble donc intéressant d’essayer de développer nos échanges commerciaux avec nos partenaires marocains », indique Jean-Paul Solaro. Des expériences similaires ont déjà été tentées depuis quelques années. « Nous avons noué sur place quelques bons contacts avec plusieurs entreprises. L’idée est de refaire un essai », poursuit le responsable. Qui prévient d’emblée : « On ne parle pas de gros tonnages et il ne s’agit évidemment pas de venir concurrencer la pêche côtière lorientaise qui reste pour nous prioritaire ». Habitué à travailler avec plusieurs pays européens (Ecosse, Irlande, Espagne…), le service commercial du port de Lorient Keroman pourrait donc bientôt se tourner vers cette source d’approvisionnement pour diversifier ses apports. « On sait que la demande est là. Si on arrive à faire descendre des camions d’Ecosse, on doit également pouvoir faire remonter des camions du Maroc », conclut Jean-Paul Solaro