Actualité


 
jeudi 19 août 2021

UN NOUVEAU CHARIOT AUTOMOTEUR ATTENDU DÉBUT 2022

L’ancien a fêté cette année ses 20 ans. Indispensable à l’activité du pôle réparation navale de Lorient Keroman, un nouveau chariot automoteur devrait être livré en début d’année prochaine. Réalisé sur mesure par une entreprise italienne, il permettra de mieux répondre aux besoins des entreprises du secteur.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Sur l’Aire de Réparation Navale (ARN), on l’appelle le mille-pattes, surnom qu’on lui a donné en raison des 32 roues qu’il possède. Mais l’animal devient vieux. Et commence à montrer quelques signes de fatigue.

 

Acheté en 2001, le chariot automoteur de Lorient Keroman sera donc prochainement remplacé. L’appel d’offres a été remporté par une entreprise italienne, « Boat Lift », spécialisée dans ce genre d’outil. « Contrairement aux chantiers allemands ou hollandais, qui ne font que du standard, les Italiens sont capables de proposer des équipements sur mesure", confie Frédéric Savary, responsable du pôle réparation navale de Lorient Keroman. Résultat, le nouveau chariot devrait être « parfaitement adapté à l’évolution de notre activité ».

Capacité de levage multipliée par 2

Indispensable pour déplacer les navires d’un bout à l’autre de l’ARN, voire au-delà, le nouveau mille-pattes sera réglable en largeur, ce qui permettra notamment de faciliter les allers-retours sur route entre l’anneau de Keroman et le pôle course au large de Lorient La Base, opération souvent délicate en raison du trafic et de l’étroitesse de certains passages.

 

Sa capacité de levage sera également doublée, passant de 150 tonnes à 300 tonnes. « Notre activité, comme notre clientèle, ont beaucoup évolué ces dernières années, explique Frédéric Savary. On rentre de plus en plus de bateaux dans les hangars des entreprises comme Piriou, AML ou Keroman Technologie. Le terre-plein de l’ARN a également été agrandi de 6 000m2 l’an passé. Il devenait indispensable de faire évoluer cet équipement pour mieux répondre aux besoins des industriels et pouvoir se projeter dans l’avenir ».

 

Financée dans le cadre du plan de relance mis en place par l'État, l’acquisition du nouveau chariot automoteur devrait représenter un peu plus de 500 000€ d’investissements. Sa livraison est prévue en début d’année prochaine. L’ancien mille-pattes, quant à lui, sera repris par l’entreprise Boat Lift, probablement pour une seconde vie, loin des côtes bretonnes.