Actualité


 
mercredi 09 septembre 2020

LA CAMPAGNE DE THON DÉJÀ TERMINÉE

Frappée par une forte baisse des quotas par rapport à 2019, la campagne de thon 2020 ne devrait pas rester dans les annales du port de Lorient Keroman. Reste que les prix relativement hauts devraient permettre de compenser, en partie, les pertes de volumes.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Des bateaux qui partent plus tôt que d’ordinaire. Des quotas en forte baisse par rapport à 2019. Une campagne qui se termine déjà. Voilà comment on pourrait résumer la saison du thon sur le port de Lorient Keroman. Sur les 5 paires de chalutiers pélagiques partis traquer le germon dans le golfe de Gascogne pendant tout l’été, 2 ont terminé leur campagne : Dolmen-Naoned et Marie-Lou-Menawenn. Reste donc encore 3 paires en mer : Annytia-Carmalia (armement APAK), Alya-Ksora (SCAPÊCHE) et Adeline Stephen-Lagardère. « Ils devraient tous débarquer d’ici la fin de la semaine », indique Yonel Madec, responsable halieutique de la Sem Lorient Keroman, l’entreprise qui gère le port. 120 tonnes supplémentaires devraient ainsi s’ajouter aux volumes déjà vendus sous criée depuis le mois de juin. Au total, la campagne de thon 2020 devrait approcher les 650 tonnes, loin des 1000 tonnes enregistrées l’an passé. La saison s’était alors poursuivie jusqu’à fin octobre.

Une année normale

Une baisse essentiellement due aux réajustements des quotas qui interviennent chaque année. « Les quotas sont recalculés selon l’année N-2, explique Yonel Madec. En 2019 nous avons connu une année assez exceptionnelle car deux ans auparavant, en 2017, les quotas n’avaient pas été totalement consommés et qu’il y avait eu, dans le même temps, un jeu d’échange de quotas avec les espagnols ». La campagne de thon 2020 serait donc plutôt à classer dans la moyenne. « On retombe dans une année normale », commente le responsable. Du côté des ventes, la baisse des tonnages a permis au contraire de faire remonter les prix moyens. De 2,20 ou 2,30 euros le kilo en 2019, le thon germon s’est vendu cette année à 3 euros le kilo en moyenne. « Ca ne compensera évidemment pas les pertes de volume mais ça permet de moins perdre en valeur qu’en tonnage », ajoute Yonel Madec. Outre le germon, autrement appelé thon blanc, les paires de pélagiques lorientais capturent également du thon rouge, mais dans des proportions beaucoup moins importantes. Environ 6 tonnes devraient ainsi être vendues cette année sous la criée de Lorient Keroman pour un prix moyen situé autour de 8 euros le kilo.