Actualité


 
mardi 05 novembre 2019

LORIENT’HAL : UNE ASSOCIATION POUR OUVRIR LE PORT SUR LE MONDE

Créée il y a 6 mois, l’association Lorient’Hal s’est fixée pour objectif d’aider au développement international du port de pêche de Lorient Keroman. Une ouverture vers l’extérieur qui s’est déjà traduite par un accord avec le Maroc et la venue d’une délégation du sultanat d’Oman.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Ils l’ont baptisé Lorient’Hal. « Hal pour Halieutique », précise d’emblée Maurice Benoish, ancien patron pêcheur et président de la Sem Lorient Keroman pendant 25 ans. A l’initiative de la création de cette nouvelle association, « un petit groupe de copains » qui tous ont en commun d’avoir, ou de toujours travailler au port de pêche de Lorient. On y trouve notamment Dominique Dischamps, ancien pdg de Maryvex, entreprise spécialisée dans l’import-export de poisson, Patrick Cousin, ancien directeur de la coopérative maritime, Mustapha El Kettab, directeur-adjoint du centre européen de formation maritime, Freddie Follezou, président d’ID Mer, ou encore Maurice Benoish, qui préside la structure créée il y a 6 mois. « Si on additionne les expériences professionnelles des uns et des autres, cela représente un capital important de connaissances », constate le président de Lorient’Hal. « Or, poursuit-il, on s’est aperçu que chacun était très sollicité par l’extérieur sans pouvoir répondre à toutes les demandes ». D’où l’idée de créer une association permettant de réunir les savoir-faire de chacun avec un objectif en tête : aider au développement international de Keroman.

« Nous n’avons rien à vendre »

« Le port de Lorient concentre aujourd’hui un niveau de compétences qui est unique au monde, souligne Maurice Benoish. Très modestement, nous voulons servir d’intermédiaires pour permettre aux entreprises lorientaises qui le souhaitent de se développer. Nous ne sommes pas rémunérés pour cela, la démarche est à but non lucratif. Nous n’avons rien à vendre». Des bénévoles plutôt actifs. Qui ont déjà signé un accord de partenariat avec la confédération des pêcheurs du Maroc. Et ont récemment fait venir une délégation du sultanat d’Oman lors de la dernière édition du salon Itechmer. « Les Omanais ont un gros projet de modernisation du secteur de la pêche mais ils ont très peu d’expérience. C’est pour cela qu’on leur a proposé de venir rencontrer des entreprises lorientaises afin de bénéficier de leurs compétences ». A l’image du marché des produits de la mer qui s’est largement mondialisé au cours des dernières décennies, Maurice Benoish est persuadé que l’avenir du port de Lorient Keroman se jouera à l’international. « Aujourd’hui il faut s’ouvrir au monde. Si on reste dans son coin, on meurt », prévient-il.