Actualité


 
mercredi 23 décembre 2020

UNE PÉRIODE DE NOËL PLEINE D’ACTIVITÉ POUR LA CRIÉE CÔTIÈRE DE KEROMAN

A l’approche de Noël, les ventes de produits de la mer ne semblent pas être impactées par la crise sanitaire liée au coronavirus. Bien au contraire. Mercredi matin à la vente côtière de Lorient Keroman, les poissonniers ont fait le plein. Malgré des prix très supérieurs à la normale




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Pas facile de joindre les poissonniers du pays de Lorient à quelques jours du réveillon de Noël. « Là, ça va pas être possible », répond l’un d’entre eux avant de raccrocher pour continuer à préparer les commandes des clients. Dominique Ciaravola, directeur de l'Opam (organisation des premiers acheteurs du Morbihan) résume l’année écoulée : « 2020 est plutôt un bon cru pour nous. On a souffert pendant le premier confinement mais la situation est rapidement revenue à la normale. Même si les prix sont élevés, le bilan est très positif. Et puis là c’est Noël, on sent que les gens ont envie de se faire plaisir ». Même constat à la criée du port de Lorient Keroman, où les prix, mercredi matin, ont atteint des sommets. Sur les 18 tonnes de produits de la mer écoulés ce jour-là, certains ont vu leur prix multiplié par trois par rapport à la normale : 36€ le kg la petite langoustine, 55€ pour la grosse, 34€ pour les crevettes et jusqu’à 80€ pour la langouste.

Le meilleur jour de l’année

Pas de quoi pourtant effrayés les acheteurs. « Tout est parti », se félicite Yonel Madec, responsable halieutique du port. D’autres espèces, moins côté pendant ces périodes de fête, ont eu en revanche un peu plus de mal à se vendre, comme le grondin ou le merlan. A l’inverse, pour la barbue, le turbot ou la lotte, aucun problème pour trouver preneur, même avec des prix qui, là encore, sont bien au dessus de la moyenne. « C’est Noël, les prix flambent ! On est habitués, c’est normal », commente Yonel Madec. Selon lui, le 23 décembre est sans conteste « le meilleur jour de l’année ». « Les poissonniers ont réceptionné les commandes de leurs clients. Ils ont besoin de faire le plein pour préparer tout ça. Demain, ils ne prendront que les produits nécessaires pour remplir leurs étals ». Conseil de professionnel : à défaut de langoustines ou de crevettes, rabattez-vous plutôt sur la coquille Saint-Jacques. Mercredi matin à Keroman, celle de la Manche était à 2,77€ le kg contre 4,90€ pour la locale de l’Atlantique. De quoi joliment garnir votre table de Noël, sans trop dégarnir votre porte monnaie !