Actualité


 
mercredi 17 novembre 2021

UNE NOUVELLE UNITÉ DE PRODUCTION D’EAU DE MER MISE EN SERVICE

Elle fonctionne désormais seule. Depuis le 26 octobre, la nouvelle unité de production d’eau de mer, construite au pied de l’ancienne glacière, a pris le relais sur le port de Lorient Keroman. D’une capacité de 150m3/heure, elle permettra de mieux sécuriser l’alimentation des ateliers de mareyage et des viviers.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Il y a deux choses que l’on surveille comme le lait sur le feu sur le port de Lorient Keroman : la glace et l’eau de mer. Deux éléments absolument indispensables à l’activité du pôle halieutique. La glace pour conserver les produits. L’eau de mer pour alimenter les viviers et nettoyer les filets de poissons dans les ateliers de marée. Cette dernière est pompée directement dans la rade, le long des quais du port de pêche.

 

Jusqu’ici, l’unité de production était située au 4ème étage de l’ancienne glacière. Mais depuis le 26 octobre, une nouvelle station de pompage a été mise en service au pied du vieux bâtiment. « Il y a eu une première période de 15 jours, début octobre, pendant laquelle les deux unités ont fonctionné en même temps pour plus de sécurité », indique Marc Serra, ingénieur travaux au sein de Lorient Agglomération. Une deuxième période de 4 mois devrait permettre de vérifier que tout fonctionne parfaitement. « Si c’est le cas, la nouvelle unité sera officiellement réceptionnée fin février

Pompage à marée montante

Pour l’heure, tout semble plutôt bien fonctionner, à part « un petit problème de pompage » rapidement réglé cette semaine. Installée dans un cube de béton de 160m2 au sol, la nouvelle unité de production d’eau de mer de Keroman a une capacité de 150m3/heure et peut aller jusqu’à 250 000 m3 par an. « Mais les volumes sont très variables en fonction des périodes. On enregistre les plus gros débits en décembre et en avril, quand l’activité du port est à son maximum », explique Marc Serra.

 

Le pompage varie également selon les horaires de marée. « On pompe surtout à marée montante, quand la salinité est supérieure. A marée descendante, les eaux du Scorff sont plus présentes et donc il y a moins de sel ». Une fois pompée, puis traitée par différents systèmes de filtrage, l’eau est stockée dans une bâche de 350m3 qui permet ainsi d’assurer l’alimentation des viviers et des ateliers à toute heure de la journée.

 

Avec un budget de construction de 3 millions d’euros (hors taxe) pris en charge par le syndicat mixte*, la nouvelle unité de production d’eau de mer devait permettre une meilleure sécurisation et un plus grand suivi analytique de la qualité de l’eau. « Filtres à sable, filtres à UV, filtres à charbons, tout a été doublé », souligne Marc Serra. En cours de déconstruction, certains équipements seront récupérés sur l’ancienne unité, avant qu’elle ne soit totalement détruite, tout comme l’ensemble de la glacière.

 

* Le syndicat mixte regroupe la région Bretagne (60%) et Lorient Agglomération (40%).