Actualité


 
mardi 16 janvier 2018

MAURICE BENOISH QUITTE LA PRÉSIDENCE DU PORT

Il est l’un des visages incontournables du port de Lorient Keroman depuis plus de 20 ans. A 75 ans, Maurice Benoish a décidé de quitter la présidence du port. Retour sur une carrière commencée en 1957, comme simple mousse, sur un chalutier lorientais.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

« Je n’abandonne pas le port, je ne quitte pas le navire, je passe simplement le relais ». Après 25 ans passés à la tête du port de Lorient Keroman, Maurice Benoish, 75 ans, a donc décidé de poser sac à terre. Son successeur à la présidence de la Sem Lorient Keroman, entreprise gestionnaire du port, sera officiellement annoncé à la fin du mois. « Je pars avec une grande confiance dans la capacité du port de Lorient à continuer à se moderniser et à aller de l’avant », dit-il. Il est vrai qu’un long chemin aura  été parcouru depuis que Maurice Benoish a pris la tête de Lorient Keroman au début des années 90. « A l’époque, personne n’aurait misé un kopeck sur le port, se souvient-il. C’était la crise dans la crise. La situation était catastrophique ». Mais finalement, à force de solidarité et de travail, la filière lorientaise réussira en quelques années à faire repartir l’activité de Lorient Keroman. Jusqu’à en faire ce qu’il est aujourd’hui: « un port de référence ». « Mon sentiment, c’est qu’il existe à Lorient une capacité à rebondir. C’est une ville qui a été martyrisée. Il y a ici une volonté de ne pas subir les choses. Les gens ont l’habitude de réagir et de se battre. Je l’ai constaté plusieurs fois ». Bel hommage à cette ville à laquelle l’ancien patron pêcheur aura consacré quasiment toute sa vie professionnelle.

Anticiper et travailler ensemble

Maurice Benoish a 8 ans lorsqu’il découvre la mer pour la première fois. Né à Paris en 1941, il est alors en vacances chez sa grand mère du côté de Carnac. « Ca été un coup de foudre immédiat ! J’ai tout de suite compris que je voulais faire marin ». Embarqué en 1957 comme simple mousse à bord du Simoun, chalutier lorientais, il gravira ensuite tous les échelons de la profession. A 23 ans, il commande le Marthe, un chalutier de 48 mètres de l’armement Lucas qui embarque 16 hommes d’équipage. Cinq ans plus tard, le voilà capitaine d’armement à Abidjan avec 18 navires de pêche sous ses ordres. En 1970, il décide de revenir sur Lorient où il s’installe comme patron pêcheur dans la pêche artisanale. Pendant une dizaine d’années, il sera ainsi propriétaire de plusieurs bateaux, dont La Nymphe, premier pêche arrière du port de Keroman, qu’il revendra en 1981. Commence alors pour lui une nouvelle carrière, cette fois à terre. Président de la Confédération Maritime, vice président de l’Alliance Coopérative Internationale (ACI), il sera également à la tête de Proma (première organisation de producteurs de France) et de l’Association Européenne des Organisations de Producteurs de pêche (AEOP). En 1992, il prend la présidence de la Sem Lorient Keroman, poste qu’il occupera pendant près de 25 ans, excepté de 1996 à 2000, où il occupe la vice présidence. Devenu depuis quelques années le premier port de pêche français en chiffre d’affaire, Lorient Keroman aura ainsi largement profité de l’expérience et du dynamisme d’un homme qui se définit lui-même comme « passionné ». « Il y a toujours des problèmes dans la vie. Rien n’est confortable. Mais il faut être tenace et savoir se remettre en cause », observe-t-il. La clé de la réussite pour le port de Lorient : « anticiper », « savoir se diversifier », et « travailler ensemble ». Un dernier point devenu comme une marque de fabrique à Keroman. « Il y a aujourd’hui une grande synergie entre les entreprises. C’est quelque chose de nouveau et de très rassurant pour l’avenir. Je suis content de voir cela », conclut Maurice Benoish.