Actualité


 
mercredi 13 novembre 2019

MOINS DE FRICHES SUR LE PORT DE KEROMAN POUR PLUS D’ENTREPRISES

Depuis plusieurs années, Lorient Keroman s’est lancé dans un vaste chantier de nettoyage et de démolition de ses friches portuaires. Objectif : faire place nette et favoriser ainsi l’implantation de nouvelles entreprises. Revue de détail des derniers projets en cours.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

C’est une longue reconquête commencée en 2015. Cette année-là, les locaux de l’ancienne coopérative de mareyage Scoma, situés à l’entrée du port de Lorient Keroman, étaient entièrement détruits. Depuis, on y a reconstruit un nouveau bâtiment occupé aujourd’hui par l’entreprise 5 degrés Ouest. De 2016 à 2019, la reconquête des friches sur les 62 hectares que compte la concession portuaire n’a jamais cessé. Deux principales raisons à cela. D’abord la sécurité, pour éviter tout simplement que des bâtiments trop vétustes ne s’écroulent. Ensuite pour des raisons économiques. « L’idée générale c’est de remettre en état des terrains pour qu’ils soient directement utilisables par des entreprises qui souhaiteraient s’installer sur le port», précise Jean-Paul Solaro, président de la Sem Lorient Keroman, entreprise gestionnaire du port. Financés par le syndicat mixte*, les travaux de démolition ont permis de libérer plusieurs milliers de mètres carrés de terrains. C’est le cas de chaque côté de la rue Henry d’Estier, ou encore à proximité de l’ancienne glacière. Rue de Seignelay, face aux cuves du dépôt pétrolier, le foncier libéré laissera place, en 2022, à la nouvelle station d’épuration. Avant cela, début 2021, une nouvelle station de pompage et de traitement d’eau de mer sera construite au pied de l’ancienne glacière.

Nouveaux box pour les pêcheurs

Le secteur, qu’on appelle îlot D, devrait également accueillir de nouvelles entreprises spécialisées dans la transformation des produits de la mer. Pour cela, ces dernières doivent préalablement passer par un appel à manifestation d’intérêt. C’est ce qu’avait fait l’entreprise de mareyage Top Atlantique, un temps intéressée pour s’installer sur l’îlot D, mais qui s’est finalement rétractée suite au rachat de Marine Harvest. « La crainte d’un Brexit dur a calmé les ardeurs de certains investisseurs cette année », constate Jean-Paul Solaro. Avant de poursuivre : « Mais on sait qu’il reste beaucoup de demandes ». La reconquête des friches permet également à la Sem Lorient Keroman de libérer des espaces pour y installer ses propres équipements. Au bout de l’avenue de la Perrière, les anciens locaux de Capitaine Houat ravagés par un incendie en 2011 devraient ainsi faire place à un lieu de stockage pour les caisses à poisson dont le projet, prévu pour 2020, est actuellement à l’étude. De l’autre côté du port, sur l’îlot S, ou pointe de Keroman, ce sont de nouveaux box pour les pêcheurs qui seront bientôt construits à la place des anciens. Un peu plus loin, vers le K1, sur une zone à cheval entre la concession portuaire et le site de Lorient La Base, un nouveau hangar accueillera prochainement la société Beyou Racing, le team de course au large de Jérémie Beyou. Enfin, à quelques centaines de mètres de là, la déconstruction de plusieurs bâtiments le long de la cathédrale ouest est à l’étude pour l’installation d’entreprises spécialisées dans la construction ou la réparation navales. On l’aura compris, la reconquête des friches sur le port de Lorient Keroman n’est visiblement pas prête de s’arrêter.

* Le syndicat mixte est composé de la Région Bretagne (60%) et de Lorient Agglomération (40%)