Actualité


 
mercredi 26 décembre 2018

POUR LES FÊTES, PRÉFÉREZ LA LOTTE OU LE HOMARD À LA LANGOUSTINE

Traditionnellement star des repas de fin d’année, la langoustine a connu cette année à Lorient Keroman une forte baisse de ses volumes de capture. A l’inverse, la lotte devrait enregistrer des tonnages de 26% supérieurs à 2017. Des différences que l’on retrouve fatalement dans les prix de vente. Et qui influenceront sans doute le choix des menus du Jour de l’an.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

Pas de dimanches chômés cette année pendant les fêtes pour les marins pêcheurs lorientais, comme pour l’ensemble de la filière halieutique d’ailleurs. La faute au calendrier qui, tous les 7 ans, fait tomber le soir de Noël et du Jour de l’an un lundi. Dimanche prochain, comme dimanche dernier, tout le monde sera donc sur le pont pour faire face à l’une des plus grosses journées de l’année. Du moins si la météo le veut bien. Car en matière de pêche, comme pour toute activité de cueillette, rien n’est jamais écrit à l’avance. A Lorient Keroman, l’année 2018 ne devrait d’ailleurs pas rester dans les annales. « Après 3 années consécutives très bonnes, voire 4, on sent un léger fléchissement cette année », indique François Cuvilly, responsable halieutique du port. Le phénomène est surtout visible sur les ventes côtières qui devraient finir l’année à moins 200 tonnes par rapport à 2017. « C’est particulièrement calme depuis juin », constate le responsable qui ne peut apporter d’explications rationnelles à cette baisse des captures.

Moins 25% sur la langoustine

« Les derniers coups de vent n’expliquent pas tout, poursuit François Cuvilly. D’ailleurs, les pêcheurs disent souvent que ça aide parfois à faire remonter le poisson du fond. Dans la durée, la météo n’a pas été plus mauvaise cette année. Le poisson est plus difficile à capturer, c’est tout ». L’espèce la plus touchée est sans conteste la langoustine qui enregistre sur l’année une baisse de 25%. Résultat, les cours du crustacé devraient restés très haut pendant toute la période des fêtes. A quatre jours de Noël, la grosse langoustine, taille n°2, se vendait déjà sous criée à 36€ le kilo. Mais il est heureusement un autre produit, également très prisé sur les tables de fin d’année, qui a connu à l’inverse une forte augmentation de ses volumes de capture en 2018 : la lotte. « Sur ce produit, il y a ce qu’il faut. On est à +26% en tonnage sur l’année et à + 40% en chiffre d’affaires », précise le responsable. D’autres espèces, comme la sole (+2%) ou le homard (22 tonnes en 2018 contre 24 tonnes en 2017), demeurent stables et devraient se faire, elles aussi, une bonne place au menu des fêtes du Jour de l’an.