Actualité


 
jeudi 07 octobre 2021

PROMOTION DE LA FILIERE PÊCHE : QUAND LA COM S’EN MÊLE

À l’occasion du salon Itechmer qui se tient cette semaine au parc des expos de Lorient Bretagne Sud, une table ronde était organisée mercredi pour mieux comprendre l’importance de la communication pour promouvoir les métiers et les produits de la mer. Exemple à travers 4 campagnes menées tout récemment.




Pour voir les vidéo, il faut activer javascript et télécharger FlashPlayer

On sait les professionnels de la mer généralement peu bavards sur leurs métiers. Pourtant, même les plus réticents ont dû s’y résoudre. Car aujourd’hui la communication est partout. Indispensable pour expliquer le fonctionnement de la filière, pour mieux faire connaitre les espèces, leur saisonnalité, pour faire la promotion des métiers, valoriser les bonnes pratiques ou encore mobiliser les professionnels.

 

« Quand la com s’en mêle », tel était justement le thème de l’une des premières tables rondes organisées dans le cadre du salon Itechmer qui s’est ouvert ce mercredi 6 octobre au parc des expos Lorient Bretagne Sud. L’occasion d’illustrer l’importance qu’a pris désormais la communication à travers 4 exemples.

 

Premier exemple avec « La Grande Débarque », campagne pilotée par Normandie Fraicheur Mer. Une vaste opération de communication déclinée pour la première fois l’an passé et destinée à soutenir la consommation de coquilles Saint-Jacques. « Le consommateur ne décide pas du jour au lendemain d’acheter de la coquille parce que la saison vient de s’ouvrir. Il lui faut en général 2 à 3 semaines pour cela. Or, début octobre, nous débarquons jusqu’à 500 tonnes de produits par jour. L’objectif de cette campagne est donc de pouvoir doper la consommation dès l’ouverture de la saison », explique Arnaud Manner, directeur de Normandie Fraicheur Mer. Pari réussi puisque La Grande Débarque, saison 2, revient cette année et dépassera les frontières de la Normandie pour être déclinée sur toute la France.

 

Deuxième exemple avec « #AFishMoi », campagne lancée par l’Organisation de Producteurs (OP) Les Pêcheurs de Bretagne et orchestrée par l’agence Sea to sea. Cette fois-ci, l’objectif était de « donner envie de consommer du poisson en dépassant les idées reçues qu’on entend souvent sur les arêtes, le prix ou la préparation compliquée des produits

Communication de crise

Troisième exemple avec « Mister Goodfish », opération lancée par Nausicaà, le centre national de la Mer basé à Boulogne sur mer. Imaginée y a déjà plus de 10 ans, la campagne a largement prouvé son efficacité. Avec un objectif clairement affiché :  sensibiliser le consommateur à la saisonnalité des produits et au respect d’une pêche durable. Un site internet permet ainsi de choisir la bonne espèce en fonction des stocks disponibles et d’un calendrier précis des saisons. « On essaye également de donner la parole aux professionnels. C’est une demande forte des consommateurs qui aimeraient entendre plus souvent la voix des pêcheurs », constate Estelle Soulet, chargée de projets chez Nausicaà.

 

Enfin, quatrième exemple avec ce qu’il s’agit d’appeler une communication de crise, celle lancée en pleine période de Covid par France Filière Pêche, sous le nom « l’appel du 18 avril 2021». A situation exceptionnelle, campagne média exceptionnelle, mise en place en quelques jours seulement, et destinée à « reprendre les valeurs de la pêche française et à faire la promotion de certaines espèces dans une période très compliquée pour toute la filière », commente Caroline Morlot, directrice du pôle communication. Diffusion de spots TV, parution d’encarts en presse quotidienne régionale, mise à disposition d’outils de visibilité dans les magasins, avec un budget de 500 000€, l’appel du 18 avril de France Filière Pêche aura visiblement eu l’effet escompté : « 8 français sur 10 ont apprécié la campagne et 3 sur 4 ont acheté des produits de la pêche française, c’est énorme », souligne la communicante. Comme quoi, quand la com s’en mêle...